lundi 31 mai 2010

Encore des encouragements!

J'ai reçu un mail qui fait chaud au cœur :




Nous avons lu votre histoire "L'argent ne fait pas le bonheur".
J'ai trouvé que c'était un texte bien écrit et poignant, sur un ton juste, qui permet d'aborder un sujet délicat avec des petits.

Il n'entre pas dans notre ligne éditoriale, car le cœur du sujet est l'extrême pauvreté et la précarité des familles monoparentales ; la menace faite à la mère n'étant qu'un des avatars de sa détresse.

Nous ne pourrons donc pas le publier, mais j'ai bon espoir que ce manuscrit trouve un éditeur car c'est un beau texte sur un sujet important.

Bonne chance !


Bon maintenant, les petits "oui", - que dis-je les GROS "OUI"- , venez à moi!

dimanche 30 mai 2010

Allez, on le dit tous ensemble :

"Bonne fête mamaaaan!"

Et pour l'occasion, un petit dessin :



Et on rigole pas les copines illustratrices!

jeudi 27 mai 2010

Un cadeau dans ma boite de Sardine

Alors que "Le monde à l'envers" va bientôt partir à l'impression, Karen Cajelot, qui a illustré les deux histoires que j'ai signées pour ce petit roman, m'a fait un très joli cadeau.

Regardez plutôt :



Elle m'a envoyé l'original de l'une de ses illustrations et évidemment, une de celles que je préférais.

Ça fait partie des belles surprises et des belles rencontres de cette aventure de l'écriture… Alors, MERCI Karen!

mercredi 26 mai 2010

Si tous les éléphants s'appelaient Bertrand…

Vous imaginez le beau bazar que ça ferait? Et bien, figurez-vous, qu'autrefois c'était le cas. Et c'est le facteur qui était bien embêté pour distribuer ses lettres et ses paquets! Quand la maîtresse appelait "Bertrand, au tableau!", c'était un sacré raffut. Et quand l'arbitre demandait à Bertrand de quitter le terrain, là par contre, c'était le calme plat.



Bref au pays des éléphants, rien n'allait plus. On convoqua donc sept grands savants pour trouver une solution à ce problème de Bertrand. Chacun y alla de sa bonne idée, qui n'en était finalement, pas une si bonne… Et c'est un petit éléphant qui résolut l'affaire des Bertrand.

Comment? A vous de le découvrir au fil des pages de cet album drôle et un peu foldingue, écrit et illustré par Edouard Manceau.

" Si tous les éléphants s'appelaient Bertrand…" Texte et illustrations d'Edouard Manceau, chez Milan Jeunesse. A partir de 3 ans – 12 €

lundi 24 mai 2010

Voilà, c'est fini...

Sardine s'est bien amusée!



Maintenant, Sardine va bien travailler... Allez, hop!

vendredi 21 mai 2010

Petits bonheurs… ter!

Lors de la dernière journée des "Impromptus", après être allés raconter des histoires dans un magasin de bricolage, dans une cantine scolaire, dans une réunion politique, dans un office de tourisme, Sébastien et Sofiane ont mis le cap sur une classe de primaire.

Ils sont arrivés avec leurs mobylettes jusqu'à la porte, sont rentrés, ont installé le pupitre, sorti l'accordéon et là, plusieurs enfants se sont mis à scander "La forêt! La forêt!"



"La forêt", c'est un de mes textes!!! Une histoire un peu loufoque qui se passe dans une forêt où les oiseaux ne chantent pas. On y croise des merlettes qui se plaignent de leur mâle qui ne refait jamais son nid, un rossignol qui séduit les demoiselles et une autruche un peu bizarre…

Certains l'avaient déjà entendue à la cantoche ou au périscolaire et ils la réclamaient à nouveau.

Ben moi, cette anecdote, elle m'a fichue un de ces petits frissons de plaisir… j'vous raconte même pas!

mercredi 19 mai 2010

Wouf!

Les chats font "miaou!", mais les chiens font "wouf!" C'est ce que s'épuise à expliquer la maman de Georges à son fils, qui ne veut pas aboyer correctement.

"Aboie Georges!" lui demande-t-elle patiemment, et le petit chien fait "coin-coin!", ou éventuellement "meuh!"



Ne sachant plus que faire, la mère désespérée emmène son fiston chez le vétérinaire, et le spécialiste, comme la maman, ne sont pas au bout de leurs surprises...

C'est drôle, loufoque – la tête de la maman qui se décompose vaut son pesant de cacahuètes - et ça marche très fort! Rires à chaque page ou presque, jusqu'à la chute finale qui déclenche un éclat de rire encore plus énorme. Préparez-vous juste à lire ce petit livre 3 226 fois minimum…

"Aboie Georges!" Texte et illustrations de Jules Feiffer, dans la collection Lutin Poche de l'école des loisirs. A partir de 3 ans – 5,50 €

lundi 17 mai 2010

dimanche 16 mai 2010

Petits bonheurs… bis!

Devinette :

Mon petit bonheur du jour commence par V et finit par S.



Qui a trouvé?

samedi 15 mai 2010

Sardine sort de sa boite pour aller faire un tour dans le journal!

C'est dans "La Terre de Chez nous", un journal d'ici, comme son nom l'indique et c'est Florence Mourey, qui signe ce joli papier.
Merci Madame!

Petits bonheurs

Pour le jeudi de l'ascension, j'ai animé l'émission "Cette année-là" en public et en direct de la foire comtoise de Besançon, où France Bleu Besançon était présente toute la semaine.



Il y avait du monde partout, mais je me souviens surtout de cette dame qui m'a attrapée par le bras quand je partais : "Sandrine, attendez! Je voulais absolument vous dire merci pour vos émissions. J'aime beaucoup la façon dont vous accueillez les gens, avec simplicité et profondeur en même temps." - Vite de la poudre pour cacher mes joues qui rosissent! –

Et puis il y a eu Gérard. Gérard qui me demande un autographe (!) avec les yeux plein d'étoiles. On parle deux minutes et puis, je m'excuse, mon disque va se finir, il faut donc que je retourne au micro. Et là, en rosissant lui aussi, Gérard me dit "La chanson qui passe, elle pourrait avoir été écrite pour vous…"

C'était quoi la chanson qui passe? "Il me dit que je suis belle" de Patricia Kaas. Trop mignon, Gérard!

Je craque… Et je me dis que j'en ai de la chance d'avoir des auditeurs comme ça!

"Cette année-là" à écouter sur France Bleu Besançon, du lundi au vendredi de 14h à 16h. Et pour vos souvenirs à vous : 03.81.833.111.

samedi 8 mai 2010

Un accident de chariot! Vous y croyez, vous?

Dans un grand magasin, un jeune homme – que j'imagine charmant – était arrêté au rayon des pâtes. A moins que ce ne soit celui des crèmes à raser. Ce qui est sûr, c'est qu'il était en pleine contemplation, quand soudain –BOUM! – son chariot fut violemment heurté par un autre chariot. Derrière ce deuxième chariot, vous l'avez deviné je suppose, se trouvait une jeune femme, forcément charmante!



Pardons polis, échanges d'excuses, sourires et chacun repartit de son côté. Mais au fil des rayons, le jeune homme ne cessait de croiser et recroiser la jeune femme… et de répondre à ses jolis sourires.

Vint ensuite le moment de payer. Le jeune homme vidait tranquillement son chariot, quand soudain – RE-BOUM! -, il fut violemment heurté par un autre chariot. Et ô coïncidence, c'était à nouveau la jeune fille, qui avait décidément bien du mal à diriger son engin, mais toujours un aussi joli sourire. Nouvelles excuses, et surtout nouvel échange de sourires.

Le jeune homme était cette fois, en train de ranger ses courses dans son coffre, quand il vit arriver dans sa direction… la jeune fille. Elle aussi venait ranger ses courses dans le coffre de sa voiture, qui était stationnée juste à côté de celle du jeune homme.

C'est ce qui s'appelle un signe du destin, non? Dans ces cas-là, on ne peut pas lutter. Avec un sourire, ils se donnèrent donc rendez-vous dans un restaurant. Et la soirée dut être agréable, puisque depuis, ils ne sont plus quittés. Ça s'est passé quand? Il y a tout juste vingt-cinq ans.

"Cette année-là" à écouter sur France Bleu Besançon, du lundi au vendredi de 14h à 16h. Et pour vos souvenirs à vous : 03.81.833.111.

vendredi 7 mai 2010

Les impromptus, on ferme!... mais pas tout à fait quand même

Petite page de pub!

Vous êtes responsable culturel, maire, conseiller municipal, responsable d'une association ou tout simplement amoureux des arts vivants… Alors, pourquoi ne pas inviter "Les impromptus" dans votre commune?

Un comédien et un musicien de talent, pour une animation pas comme les autres et pleine de surprises. D'ailleurs, même dans le journal, on en dit le plus grand bien! Regardez :



Envoyez nous un petit mail et on en cause!

PS : merci à Florence Mourey de La Terre de Chez Nous, pour cet article et pour son sourire.

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna. Et pour en savoir plus, c'est là que ça se passe : teralunacompagnie at yahoo.fr

jeudi 6 mai 2010

Les impromptus dernière!

Attention, la dernière des Impromptus, c'est ce soir!



Avec deux mobylettes, dont une qu'il faut pousser. Avec une étoile qui scintille comme une dingue, avec un nœud papillon comme on n'en voit plus beaucoup, avec une pince à éprouvette – si c'est pas des arguments massus, ça! -et évidemment de chouettes histoires.

Alors n'hésitez pas à venir applaudir Sébastien et Sofiane. Tiens, moi je leur refais "clap! Clap!" des deux mains!

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna, Jeudi 6 mai, à Baume-les-Dames, à 20h30 à la Cave du Tribunal, rue Barbier.

mercredi 5 mai 2010

Les impromptus séance de rattrapage!

Qu'est ce que c'était bien!

Quelle émotion d'entendre ses mots sur une scène… et quelle émotion encore un peu plus grande que d'entendre les rires du public! Vraiment c'était une belle soirée que celle d'hier soir.

Et vous savez quoi? Séance de rattrapage demain soir pour ceux qui ont raté ça. Bien sûr, "Les impromptus" continuent jeudi et vendredi toute la journée, mais dans des lieux inattendus, donc impossible de vous dire où exactement.

Par contre, pour demain soir, je sais TOUT! Rendez-vous à 21h dans la cave du tribunal. C'est juste à côté de l'église et il y a même des panneaux… Trop fastoche!

Un petit cadeau bonus, ça vous dit? Voici le reportage, qu'une de mes collègues journalistes de la radio, Anne Fauvarque, a réalisé.

video

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna, Jeudi 6 mai, à Baume-les-Dames, à 20h30 à la Cave du Tribunal, rue Barbier.

mardi 4 mai 2010

Les impromptus Jour J!

Cette histoire est plus spécialement écrite pour les enfants et, comme quelques autres, elle sera interprétée par la Compagnie Teraluna ce soir à Baume-les-Dames…




Au pays des petits bleus, naquit un jour, un petit rose.

Vous connaissez l'histoire du vilain petit canard? Et bien, pour le petit rose, c'était exactement la même chose. Tout le monde disait "Qu'il est laid!" "Quelle couleur affreuse!" Personne ne voulait jouer avec lui. Et quand il s'approchait, tout le monde fuyait. Certains parents interdisaient même à leurs enfants de lui parler. Pourquoi? Parce qu'"Il n'est pas comme nous!" répondaient-ils.

Mais contrairement au vilain petit canard, ce petit rose là, ne se laissait pas abattre.

Un beau matin, après avoir vu encore une fois, tous les petits bleus déguerpir à l'autre bout de la cour à son arrivée, il retourna en classe et farfouilla dans sa trousse…


Après, il se passe encore des trucs de dingue! Ya des hélicos qui arrivent, des explosions dans tous les sens et une musique incroyable… ah non, j'me mélange… ça c'est "Apocalypse now"!

Enfin, en tous cas, c'est drôlement bien quand même et je vous conseille cette belle soirée théâtrale, pas tout à fait comme les autres.

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna, mardi 4 mai, à Baume-les-Dames, à 19h à la Cave du Tribunal, rue Barbier et à 21 h dans un appartement rue Boîteux.

lundi 3 mai 2010

Les impromptus J-1

Encore un avant-goût de votre soirée de demain à Baume-les-Dames?

C'est arrivé l'été de mes sept ans. Mon frère en avait juste trois, mais déjà un fort caractère. C'était un petit bonhomme charmant, avec de belles boucles blondes et un sourire qui faisait craquer tout ce qui portait jupon. Mais quand notre petit angelot rencontrait la moindre petite contrariété, il n'était plus le même. Il hurlait, trépignait, vociférait et se roulait par terre, devant les yeux désespérés de ma mère et de mon père. Depuis son arrivée à la maison, c'en était fini du calme et de la tranquillité.

Sans que l'on sache pourquoi, c'est cet été là, l'été de mes sept ans et plus précisément le jour de mon anniversaire, que tout bascula. Maintenant mon frère parlait. Il pouvait nous expliquer ce qu'il voulait, ce qui n'allait pas, mais il ne supportait toujours pas le plus petit grain de sable, qui se mettait en travers de ses désirs.

Ma mère nous appela, alors que nous jouions au fond du jardin. Sur la table du salon, il y avait mon gâteau, avec mes sept bougies et mes cadeaux. Je n'eus pas vraiment le temps d'en profiter, puisque mon frère exigea lui aussi un cadeau. Ma mère lui expliqua que c'était mon anniversaire, que son tour à lui viendrait aussi, mais qu'il fallait qu'il attende encore quelques mois, pour avoir ses cadeaux.

Mon frère hurla : "Je VEUX un cadeau!"
Et encore plus fort : "TOUT DE SUITE!"
A peine avait-il refermé sa jolie bouche, qu'il y eut comme un énorme coup de tonnerre...




Celle-là s'appelle "Tout de suite!" et vous pourrez l'entendre en version intégrale, demain soir à Baume-les-Dames ! Des histoires racontées par Sébastien Barberon et mises en musique par Sofiane Messabih et son accordéon.

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna, mardi 4 mai, à Baume-les-Dames, à 19h à la Cave du Tribunal, rue Barbier et à 21 h dans un appartement rue Boîteux.

dimanche 2 mai 2010

Les impromptus J-2

C'est une petite fille qui adore faire des bêtises. Déjà dans sa poussette, dans la file d'attente à la boulangerie, elle tirait la langue aux mamies qui lui souriaient. Dans les embouteillages, elle fait toujours des grimaces à la voiture derrière. Bien sûr, elle jette des pétards dans les boites aux lettres. Elle a aussi mis du camembert dans les chaussettes de son père et rempli d'escargots vivants le tiroir de la maîtresse.

Bref, cette fille, c'est la championne des bêtises. Mais cette fois, son voisin du dessous en a marre. Et quand elle rentre de l'école, il l'attend dans l'escalier. Evidemment, comme chaque soir, elle vient d'appuyer sur sa sonnette et elle s'est sauvée en courant.

"Tu te crois drôle?" dit le voisin avec un air énervé.
"Oh, ça va hein!", elle répond en essayant de passer.
"Ecoute-moi bien ma petite, dit-il en la retenant par la manche. C'est la dernière fois que tu fais ça. T'as compris?"
"C'est bon, lâchez-moi!"
"Je crois que t'as pas bien compris. Alors, je vais mieux t'expliquer. Tu as trois jours pour arrêter. Pas un jour de plus, tu entends?" Et il plonge sa main dans sa poche et lui jette au visage une espèce de poudre.
"Eh, mais ça va pas, non!" elle hurle en se dégageant...




… Suspens intolérable, pas vrai?

Pour la suite, rendez-vous à Baume-les-Dames, mardi prochain! C'est Sébastien Barberon qui interprétera "Le jour du poisson" - c'est le titre de cette histoire - et quelques autres écrites par votre Sardine favorite. Et cerise sur le gâteau, le tout sera accompagné par l'accordéon de Sofiane Messabih.

"Les impromptus" par la Compagnie Teraluna, mardi 4 mai, à Baume-les-Dames, à 19h à la Cave du Tribunal, rue Barbier et à 21 h dans un appartement rue Boîteux.

samedi 1 mai 2010

Bon 1er mai!

Traditionnellement un jour comme aujourd'hui, on offre à ceux qui sont chers à son cœur, un petit brin de muguet. Histoire de leur souhaiter du bonheur toute l'année.

Seulement voilà, dans mon jardin, le muguet ne ressemble encore à rien. Pas l'ombre du début d'une clochette. Juste quelques touffes de feuilles vertes.

Alors, me souvenant de la maxime favorite de ma grand-mère "C'est l'intention qui compte", je vous souhaite du bonheur à n'en savoir que faire, et pour l'occasion, je vous offre un petit brin d'oignon.



Ben oui… "On fait c'qu'on peut, avec c'qu'on a". Autre grande maxime, qui n'aurait sûrement pas déplu à ma grand-mère!