samedi 30 novembre 2013

Waouh waouh waouh !


Je vous le dis comme je le pense, quand je lis des chroniques comme celles que Clarabel a écrit sur deux de mes livres, ça me colle un sourire XXL sur le visage et je ne regrette vraiment pas le choix que j'ai fait de quitter mon ancien métier pour écrire des histoires (même quand je reçois mes 2 fois 28 centimes de Droit d'Auteur annuel ^^).

Bref, Clarabel a aimé Quand on sera grands. Allez la lire par ici !

 
 Petit extrait :  
"Attention les yeux et les oreilles, vous allez vous régaler !!! C'est fa-bu-leux ! J'ai adoré cet album, au ton facétieux et tellement drôle, j'ai adoré chaque page que je tournais avec impatience et fébrilité, curieuse de connaître la nouvelle trouvaille des enfants, j'étais complètement mordue et je souriais à chaque fois. Cette lecture va réchauffer votre petit cœur et vous donner des étoiles dans les yeux ! Promis. C'est délicat, franchement adorable, d'une beauté sans nom et débordant de poésie. Je suis encore sous le charme !! "
 
 (photos Clarabel)
 
La deuxième bonne nouvelle, c'est que Clarabel a aimé aussi La girafe en maillot de bain. A lire par là ! Nouveau petit extrait :
"On ne cesse de rire et sourire en tournant les pages, pour découvrir les nouvelles situations imaginées. C'est finement tricoté, brodé, rapiécé et recollé vite fait, bien fait. Le résultat est top. Quelle jubilation de tourner les pages, de découvrir les expressions des animaux . C'est clair, on ne fait que se marrer ! Gros coup de cœur pour cet album pétillant, très drôle et aux illustrations pleines de fraîcheur ! Une lecture pour le plaisir, à savourer pleinement. ♥"

Comment finir après tout ça ?
Simplement par un grand MERCI !

jeudi 28 novembre 2013

Montreuil, me voilà !


Allez hop, je saute dans le train
et je vous dis à tout de suite par ici :


Vous voulez qu'on se croise ? 
On peut par exemple se donner RV par là :

 (Youpi ! J'en suis :-)

Ou encore par ici :
 

Bon salon à tous !
 Moi de mon côté, je me réjouis déjà de tous ces bons moments :-) 
Parce que Montreuil, pour toujours, ça restera ça :

 
 (La photo est signée Super Lio !) 

Des rencontres qu'à chaque fois que t'y repenses, 
t'as les petits poils des bras au garde-à-vous, 
des rires, du partage, de la rigolade, 
et puis des rires aussi (je sais plus si je vous l'ai dit). 

Bref, Montreuil j'arriiiiiive !!! 
Et rien que de pouvoir crier ça, c'est déjà bon ! 

dimanche 24 novembre 2013

"Un album audacieux qui aborde, avec sensibilité et humour, le fil parfois ténu, qui permet à la vie de se perpétuer…"


Après la série des Petits Fantômes, les formidables éditions des 400 coups ont dit oui à un autre album. Une histoire pleine d'amour, de rencontres, de liens familiaux et même de baskets qui courent vite : Quelle sacrée chance !


Ça, c'était mon 1er grand bonheur.

Le deuxième, c'est quand Yves a confié l'illustration de ce livre à Marion Arbona. Je ne connaissais pas encore son travail et quand je suis allée sur son site, j'en ai pris plein les yeux !

Le troisième, c'était quand j'ai reçu le BAT (le Bon A Tirer, pour les non-initiés, en gros le livre fini avant qu'il ne parte chez l'imprimeur) de cet album.

J'ai pleuré.



C'est la première fois que ça m'arrivait.

Marion a eu une idée fabuleuse pour illustrer cette histoire, et ses dessins m'ont éblouie et touchée en plein cœur.
 

J'espère qu'il vous plaira autant qu'à moi.

Quelle sacrée chance est annoncé sur le site des 400 coups par ici et surtout, il a eu sa première critique (puisqu'il est déjà sorti au Canada) chez Lili les merveilles.

4 étoiles sur 5, et ces mots-là :  
"Une rigolote leçon de probabilité, portée par une douce brise de tendresse. Sandrine Beau entraîne le lecteur dans une ronde de «Et si...?», entremêlant coïncidence et destin dans une narration qui démystifie joyeusement le cycle de la vie. Racontant avec finesse ce cycle perpétuel de rencontres délicieusement improbables en le nichant au creux d'un vénérable (et sublime!) arbre généalogique, l'univers visuel de Marion Arbona, chaleureux et touffu, fait s'épanouir la narration avec éloquence. Un album audacieux qui aborde avec sensibilité et humour le fil parfois ténu qui permet à la vie de se perpétuer."

M E R C I ♥

samedi 23 novembre 2013

On se rencontre ?


Alors vite, on prend sa doudoune et ses moufles, et on me rejoint à la bibliothèque de Nancray ce matin, de 10 h à midi, pour une rencontre-lecture. Sur place, bande de petits veinards, vous pourrez découvrir tous mes derniers livres !


Vous me reconnaîtrez facilement, je serai couverte de neige et j'aurai un bonnet bleu.
 

Pour les autres, ceux qui habitent dans des pays sans neige (petits joueurs !), rendez-vous à Montreuil, la semaine prochaine.
 

Au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, on pourra papoter, boire un coup, éventuellement rigoler (même si je ne suis pas franchement adepte de ce genre de manifestation sonore…) et bien sûr, venir se faire dédicacer de très chouettes livres. Où ça ? Là, par exemple :

Vendredi 29 novembre : 
Avec les éditions 400 coups, sur le stand de Québec Édition - K19 au rez-de-chaussée, de 17 h à 19 h, avec Marion Arbona, pour un album… Mmm… dont je vous parle la semaine prochaine.

Samedi 30 novembre : 
Avec les éditions des Braques Jeunesse, stand D3, de 12h30 à 14h, pour L'ogre qui n'avait peur de rien.

Avec les éditions Philomèle, stand C30, de 14h à 15h30, avec Gwenaëlle Doumont (yeaaaaah !) pour Je suis une lionne.

Re-avec les éditions 400 coups, toujours sur le stand de Québec Édition - K19 au rez-de-chaussée, de 16 h à 18 h et toujours avec Marion Arbona :-)

Dimanche 31 novembre : 
Avec les éditions Frimousse, stand H17, de 11h à 13h, avec Anne-Gaëlle Balpe et Jess Pauwels, pour La tribu trouve ça louche.

Alors ? Vous avez décidé ? Où et quand ?

vendredi 22 novembre 2013

L'étrangleur, nouvelle sélection et autres petits bonheurs


Après le Prix Bouquin-Malin à Oloron et le Prix Lecteur en herbe de la Médiathèque de Lormont, L'étrangleur du 15 août est, cette fois, dans la sélection du Prix littéraire des jeunes lecteurs de l'Oise !
On en parle ici, et puis de ce côté.

( L'étrangleur aux Sandales d'Empédocles, à Besançon )

Deuxième bonheur : cet été, un concours de lecture estivale, "Lire c'est délire", a été proposé aux enfants et adolescents de 11 à 16 ans. Il était organisé par la Bibliothèque départementale de la Somme et mon petit polar se trouvait dans la sélection 12/15 ans. A découvrir ici et .

Troisième bonheur, L'étrangleur recueille encore de jolis avis de lecture, voyez plutôt :
Celui de la bibliothèque départementale de la Mayenne :  
"Voici un petit policier très réussi ! Thomas se retrouve coincé, la jambe dans le plâtre, le week-end du 15 août dans son appartement alors que sa mère est partie faire un concert. Alors qu’il larve sur le canapé, un cri le fait sursauter : un homme est en train d’étrangler une femme sur le trottoir d’en face. Thomas essaie d’intervenir mais se fait surprendre par l’étrangleur qui ne souhaite pas laisser de témoin derrière lui. Du suspens et de l’angoisse au milieu de la cité déserte..."

Chez Majolire :  
"Clin d'œil au film 'fenêtre sur cour' d'Hitchcock, ce petit polar est bien mené. On n'en mène pas large: le suspense rivalise avec l'angoisse. Le jeune garçon fait preuve d'astuce et de courage pour s'en sortir, mais le frisson est garanti."

Il est aussi coup de cœur de Cible 95 qui le qualifie de "Petit polar haletant, intéressant à partir de 9 ans".

Enfin, L'étrangleur est dans la sélection Livres pour les enfants qui ne savent pas quoi lire par Lirentouraine.

Pour résumer : Youkaïdi !

mercredi 20 novembre 2013

La Tribu trouve ça louche… On en redemande !


C'est en gros ce que disent Méli Mélo de Livres et Crocoeur de Livres, deux blogs plutôt emballés par le 1er tome de notre série, visiblement.
 

La preuve par ici, chez Pépita de Méli-Mélo de Livres :  
"...Autant d'atouts qui font de cette série un très bon moment de lecture pour la tranche d'âge des 8-10 ans, pour laquelle il n'est pas toujours aisé de trouver des lectures adaptées. Bientôt un tome 2... Et on en redemande !"

Et par là, chez Crocoeur de Livres :  
"Petit roman illustré très sympa ! On attend le tome 2 avec impatience !"

Aujourd'hui, j'ai également eu le plaisir de découvrir (merci papa !) un petit compte-rendu de mon passage à Sommières du Clain. Dans la Nouvelle République (le journal que lisait ma mamie !) et dans Centre-Presse aussi.
A lire par ici. Par contre, promettez-moi de ne pas regarder la photo : on dirait que je m'apprête à vomir (et quand on sait qu'il y avait des enfants juste en-dessous, c'est moche).

samedi 16 novembre 2013

Qui a gagné "Je suis une lionne" ?

 

Je n'avais pas de lionne à la maison,
mais heureusement, j'ai un tigre.

 (On a eu chaud !)

Un tigre charmant et fin prêt à rugir de plaisir, quand je lui ai confié sa mission : procéder au tirage qui désignera le gagnant ou la gagnante de Je suis une lionne ! (Notre 1er album ensemble à Gwendoulash et à moi, publié aux éditions Philomèle ! Ça c'est pour les deux du fond qui ne suivent pas.)

video
 (sacré rugissement, pas vrai ?)

Il y a eu beaucoup de petits papiers à préparer !


Merci pour vos rugissements de colère ou de plaisir (à découvrir par ici, vous verrez ils sont chouettes !) à : Rebz, Séverine, Elice, Aurélie, Anne, Melle Popie, Alice, Mélanie, Clémentine, Mary-des-ailes, Véronique, Ingrid, Valy, Julie B.B., Marie-Hélène, Laetitia, Claire, Mathildette, Céline, Julie, Marie, Nat W., Marie M., Luce, Hélène, Yana, Aziyadé, Liméa, Annso, Gwendoulash (hors-jeu !), Marjorie, Savine, Julia, Sofcel, Emmanuelle, Isabelle, Léia, Drawoua et les fidèles de moins de 12 ans : Lucie, Alicia, Cassandra et Léo de l'école de Charancieu. Sans oublier, la maman du Cri si fort, j'ai nommé Fanny !

Et maintenant, roulement de tambour et… Place au tigre !


 (Euh... sauf que rugir avec ce truc devant le bec... pas simple !)

 (Allez hop ! On enlève tout et on rugit bien comme il faut, GRRRRR !)

 (Ah ! Ah ! Le suspense grimpe en puissance...)

 (Le rugissement a été efficace, comme vous pouvez le voir ;-)


Bravo Liméa ! 
Tu m'envoies ton adresse
et moi en échange,je t'envoie ton cadeau.
C'est pas cool, la vie ?

Si, c'est cool. La preuve, aujourd'hui même, je viens de découvrir les deux premières et jolies critiques de notre lionne :
Sur Le manège de Psylook :
"Pour moi, ça a été un vrai coup de cœur. Il était beaucoup plus amusant que ce à quoi je m’attendais, j’ai passé un très bon moment et la fin m’a beaucoup touché."

Sur Tout Zazimuth :  
"Les jeunes lecteurs, à mon avis, doivent adorer cet album-miroir."
Vive la vie cool et vive la Lionne :-)


jeudi 14 novembre 2013

24 Comptines pour attendre le Père-Noël


Vous connaissez le principe du calendrier de l'avent ?
Et bien voici (plus diététique que celui avec des chocolats),
le livre de l'avent ! 

Sorti aujourd'hui, et déjà dans de jolies petites mains ♥ : 


Aux éditions Limonade, avec des illustrations de Mélanie Robic


 

(Photos ©Adeline Beau)


Merci les p'tits gars ! 
Et occupez-vous bien en attendant le Père-Noël :-)
 

mercredi 13 novembre 2013

Festival de bonnes nouvelles pour L'ogre qui n'avait peur de rien !


Pour commencer (ça fait toujours du bien par où ça passe), de belles critiques !


Chez Pépita sur le blog Méli-Mélo de Livres :  
"Un petit album, tout rikiki...qu'on prend plaisir à relire... Impertinent et drôle mais pas du tout irrespectueux. Et qui remet les choses à l'endroit ! Non mais ! Foi de petite fille, pas si petite et peureuse que ça ! 
Les illustrations de Soufie, on les reconnait bien. L'ogre n'est pas toujours représenté comme un gros bonhomme mais plutôt à égalité avec la petite, à l'inverse de la couverture. J'ai bien aimé cette mise en perspective car il y a comme un jeu qui s'installe entre les deux personnages, dans une surenchère très bien rendue par les dialogues de Sandrine Beau. 
Quand un petit bout de bonne femme mène un gros bonhomme par le bout de son nez, ça donne cet album que les enfants vont très certainement plébisciter !"

L'ogre est Le coup de cœur de la librairie Les Loupiots (Lyon 2e) :
"Une histoire facétieuse qui renouvelle le thème de l’ogre avec une petite fille même pas effrayée." 

Il a aussi été sélectionné par le Comité albums de Gif sur Yvette, avec une petite phrase qui fait toujours plaisir à lire :  
"Les illustrations renforcent l’humour du texte."

Enfin, il a récolté 4 étoiles sur 5 sur le site de la bibliothèque d'Hazebrouck !


Comme un bonheur n'arrive jamais seul, notre Ogre a plu à une petite Maïna de 6 ans et demi. Ce qui est chouette (et même plus que ça), c'est qu'elle en parle sur Radio Zinzine.

Vous ne connaissez pas Radio Zinzine ? C'est une radio autogérée, libre, créée en 1981. Animée par des dizaines de bénévoles, elle couvre plusieurs départements. Elle fonctionne sans aucune publicité, et se proclame elle-même "radio « nature » où la parole prend le temps de respirer, où le ton est volontiers personnel ". Et franchement, ça change de la course au toujours plus vite et ça fait du bien à entendre, moi je trouve.

Ecoutez Maïna pour voir :

video

(Pour ceux qui ne voient rien, un petit clic par ici pour accéder à la vidéo !)

Pour finir, avec cette liste des "Ogre-bonnes nouvelles", une école vient d'en commander 350 exemplaires pour offrir aux enfants, et comme il marche partout super bien, les éditions des Braques ont prévu une réimpression !

1000 ogres supplémentaires vont déferler sur le pays, tenez vous prêts !

Alors ? C'est pas un vrai festival, tout ça ?

lundi 11 novembre 2013

Extrait


Il y a quelqu’un dans la maison. Miette en est sûre. Quelqu’un qui ne devrait pas être là. Elle est seule dans la ferme de son grand- père et elle est certaine d’avoir bien verrouillé la porte quand il est sorti faire une course. Comment l’intrus a-t-il pu rentrer ? 

 (image Wallfizz) 

Miette vient de se réveiller en sursaut, la tête embrumée. Elle a entendu des bruits bizarres dans un demi-sommeil, mais elle n’arrivait pas à ouvrir les yeux. Elle regarde l’horloge sur le vieux magnétoscope à cassettes, avant de se rappeler que son grand-père ne sait pas la régler. Dix-sept heures onze, ça ne risque pas d’être juste. Le poêle s’est éteint et n’éclaire plus la pièce. Il fait nuit noire. 

Tous les volets de la maison sont fermés, comme chaque soir, et aucune lumière ne se glisse entre les fentes du bois. Il ne faut pas compter sur l’éclairage public, ici. On n’installe pas un réverbère pour une ferme isolée au bout d’un chemin. 

Il doit être au moins quatre heures du matin, puisqu’elle se rappelle que la pendule de la cuisine indiquait deux heures vingt, quand elle s’est à moitié réveillée pour aller boire. 
 … 

Elle avait essayé de se replonger dans son roman, mais même s’il était du genre haletant, elle n’avait pas réussi à se concentrer. Et quand elle s’était finalement assoupie, ce n’était pas les clefs qui l’avaient sortie de son sommeil. C’était des craquements étranges, inhabituels. 

Miette n’ose plus bouger. Elle tend l’oreille pour essayer de comprendre ce qui se passe. Elle distingue nettement la porte du frigo qui s’ouvre, avec les bouteilles qui s’entrechoquent. Puis quelqu’un qui fouille et, enfin, une espèce de grognement. Il est dans la cuisine et il mange en silence. 

Il y a un mince couloir entre la cuisine et le salon où elle se trouve. C’est sûr après son festin, le visiteur nocturne va poursuivre sa visite. Il faut qu’elle sorte de ce canapé. Et qu’elle trouve une cachette digne de ce nom. 

Quitter ces quatre murs et partir toute seule dans la nuit, elle ne peut même pas l’imaginer. Trop noir, trop de bestioles qui font craquer horriblement le moindre morceau de bois. Et puis, pour aller où ? A l’abri quelque part dans la maison, elle se terrera jusqu’au matin. Ou au moins jusqu’au retour de son grand- père. 

Miette pousse la couverture qu’elle avait tirée sur elle. Elle la glisse sous le canapé pour ne pas signaler que quelqu’un a dormi là, il n’y a pas longtemps, et elle pose un pied par terre. 

Il va falloir assurer maintenant. Le plancher craque. Enfin, certaines lattes plus que d’autres. Heureusement, Miette adorait jouer à ça, quand elle était petite : aller jusqu’au couloir, sans en faire craquer une seule. Même si ça faisait bien longtemps qu’elle ne s’y était pas amusée, en se concentrant, elle devrait y arriver. 

Elle avance son pied et le repose doucement. La pointe, puis le pied en entier. Rien. Aucun couinement. Parfait. 

Elle pose le second, un peu plus loin à droite. Elle est moins sûre dans le noir, de ne pas se tromper. Mais non, ça va. Elle se souvient. Miette avance encore d’un pas. 

Sauf que cette fois, la latte craque affreusement dans le silence de la nuit. Miette n’ose plus bouger. Elle a l’impression d’être un lapin paralysé dans les phares de la voiture qui va l’écraser. 

Dans la cuisine, tout s’est tu. Miette sent un frisson la secouer. 
Vite, il faut qu’elle fasse quelque chose !

C'est tout pour aujourd'hui ! ;-)

jeudi 7 novembre 2013

Jour de sortie de la Lionne


La voilà !

Je suis une lionne sort aujourd'hui. Ne ratez pas le rendez-vous !

La présentation des éditions Philomèle, histoire de vous alllllllécher :
Les tribulations d'une petite chipie dont les rêves de toute-puissance se heurtent aux contraintes de la vie. En vrai, Louise n'est pas celle que les autres voudraient qu'elle soit : c'est une lionne, « une lionne sauvage », la reine de la savane ! Hélas, personne ne semble comprendre sa vraie nature. 
En quelques mots simples, basés sur la répétition, Sandrine Beau dresse le portrait d'une enfance universelle, celle de tous les possibles, même lorsque les rêves se confrontent à la réalité. Un déroulé rythmé, où les mots laissent s'exprimer les images. Les illustrations, d'une joyeuse simplicité, se concentrent sur l'expression. Seuls les détails amusants et/ou importants sont mis en couleur. 

Elle est belle comme tout, elle a un beau papier, elle sent bon… Dessinée par THE Gwenaëlle Doumont, et mise au monde par Isabelle de chez Philomèle.




Forcément, nous, on l'aime fort. Alors, pour fêter ça, concours !

Racontez-moi ce qui vous donne envie de rugir en ce moment (de colère, de plaisir, de joie…)
Qu'est-ce qui vous donne envie de laisser hurler la lionne (le lion) qui est en vous ?

Résultat vendredi 15 novembre ! Go ! A vous !

mardi 5 novembre 2013

Parlez moi de… Les crêpes à l'eau


Quand Gabriel de la Mare aux mots aime, il ne compte pas !


J'en ai eu une nouvelle fois la preuve quand il m'a contactée avec son envie de remettre un petit coup de projecteur sur Des crêpes à l'eau, un de mes premiers romans.

Mes Crêpes à l'eau sont donc à l'honneur dans la rubrique "Parlez-moi de…", avec aussi un tour complet des coulisses de la création de ce livre, grâce aux mots de Sandrine Kao qui l'a illustré et à ceux de Valéria Vanguelov (Grasset) qui l'a publié.
 

C'est à découvrir ici sur la Mare aux mots, avec en plus, une très chouette interview d'un très chouette illustrateur : Matthieu Maudet.

Merci Gabriel !

Et vous, profitez-en pour parcourir la Mare aux mots en long, en large et en travers, vous y trouverez des tas de bonnes idées cadeaux pour les enfants !

lundi 4 novembre 2013

Retour de Sommières


Vous vous rappelez, je vous avais présenté ma maîtresse Claudine, par ici. Ma maîtresse qui est maintenant une des bénévoles de la bibliothèque de Sommières du Clain, dans la Vienne, et qui m'a invitée à venir parler de mon travail, fin octobre.

La rencontre a été rendue possible par Lire en vienne.

 
Il y avait une jolie affiche, qu'on pouvait voir absolument partout : à la bibliothèque bien sûr, accrochée sur les panneaux d'affichage dans les rues du village, mais aussi sur les murs de l'école, à la boulangerie, au café, au foyer restaurant des personnes âgées… partout, je vous dis !


A 15h, comme prévu, les enfants et leurs parents sont arrivés. Il y avait beaucoup de chaises, mais on a quand même failli être à court, tellement les Sommiérois et les Sommiéroises sont venus nombreux !

Les maîtresses de l'école étaient là, elles aussi, et leurs élèves avaient préparé des tas de questions ! Merci !

On a donc parlé écriture, illustrations, fabrication des livres, on a lu des histoires, on a rigolé, et le tout s'est fini par un goûter et une séance de signatures.





(On voit qu'elle fait souvent la tête, hein, ma maîtresse Claudine ? )

Merci aux bénévoles de la bibliothèque, à Madame le Maire, à Lire en Vienne, à Stéphanie, Isabelle et Sylvie, les institutrices et à la presse qui a relayé la manifestation.

Dernier petit plaisir : le soir, pour conclure cette belle journée à Sommières, le ciel a sorti ses plus belles couleurs !